Lieux de la Foi

La Province de Padoue est riche aussi de lieux sacrés.

La Province de Padoue est riche aussi de lieux sacrés qui ont représenté au cours des siècles la foi, la culture et la recherche. Parmi les plus suggestifs, les monastères et les ermitages.

Il existe une multitude de lieux liés au culte de la Vierge souvent érigés à la suite d’événements miraculeux. A Monteortone de Abano Terme se trouve le sanctuaire de Sainte Marie de Monteortone, où, en 1428, suite à une épidémie de peste, la Vierge est apparue à un chevalier malade en l’invitant à entrer dans l’eau où il trouva une image de la Vierge Marie devenue immédiatement objet de culte. À l’intérieur du sanctuaire, au delà de cette image sacrée, sont conservées des fresques de Jacopo da Montagnana et un retable de Palma Il Giovane.

Dans le vert des Collines Euganéennes se trouve l’Abbaye de Praglia, fondée au cours du siècle XI et importante au Moyen Age et dans la Renaissance comme centre de diffusion de la colonisation agricole bénédictine sur tout le territoire à l’Ouest de Padoue. En 1448 cette Abbaye a été agrandie et réaménagée par la réalisation de l’élégante église sur projet de Tullio Lombardo et par la reconstruction d’une partie du monastère. L’église dédiée à l’Assomption, conserve de différentes fresques et peintures de l’école Vénète ainsi qu’un crucifix en bois attribué à l’entourage de Giotto. Le monastère recèle de beaux cloîtres, la précieuse salle du chapitre, le réfectoire monumental et la célèbre « divine logette » immortalisée par l’écrivain Antonio Fogazzaro dans son roman Petit monde d’aujourd’hui (1901). L’abbaye est connue dans le monde entier grâce à son importante activité de restauration de livres anciens et de codes miniaturés effectuée par les mêmes moines.  Le sommet du Mont Rua abrite depuis 1339 un ermitage cloîtré des camaldules qui n’est pas visitable, mais des alentours de l’ermitage on peut jouir d’un magnifique vue panoramique sur les collines et la plaine environnantes.  Dans la région d’Este se trouve l’ancienne Abbaye de Santa Maria di Carceri: l’immense complexe comprend l’église, l’abbaye, des cloîtres et une hôtellerie. Une partie de ce complexe avait été partiellement transformée en villa vers la fin du XVII siècle. Il conserve de très anciens vestiges d’époque romane, un cloître de la renaissance, un précieux baptistère, les salles décorées à fresque de l’ancienne bibliothèque ainsi qu’un Musée de la civilisation paysanne.  L’Eglise abbatiale de Saint Stéphane, à Due Carrare, qui comprenait autrefois un important ensemble monastique remontant aux premières années après l’an Mille, est un précieux document architectonique de l’art roman sur le territoire de la Vénétie. . L’église recèle un magnifique dallage mosaïque, qui date en partie du siècle Xi et en parti du siècle XIV ainsi que le sarcophage de marbre qui conserve la dépouille de Marsilio da Carrara, seigneur de Padoue, décédé en 1338. Toujours sur les Collines Euganéennes, sur le Monte della Madonna (Teolo), se trouve le sanctuaire de la Madonna del Monte, qui remonte au XVI siècle.  Une Vierge des Grâces est vénérée dans la basilique d’Este, édifiée en 1717 sur un précédent sanctuaire pour conserver une icône byzantine de la Vierge, que l’on croit miraculeuse.  Toujours à Marie est dédié le sanctuaire du Tresto, à Ospedaletto Euganeo. Construit en 1468 après la vision de la Vierge de la part d’un batelier, l’église conserve sa décoration originale et des peintures de maîtres Vénètes, parmi lesquels la Vierge miraculeuse attribuée à Jacopo da Montagnana. Un édicule à l’extérieur de l’édifice protège la source qui, selon la légende, jailli miraculeusement pendant la construction de l’église.  A Piove di Sacco, chef-lieu de la verdoyante Saccisica, se trouvent deux importants édifices religieux : la Cathédrale dédiée à Saint Martin et le Sanctuaire de la Vierge des Grâces, qui conserve une Vierge à l’enfant de Giovanni Bellini. A Saint Antoine est dédié le petit mais suggestif Sanctuaire du Noyer de Camposampiero. Selon la légende, cette petite église aurait été bâtie à l’endroit où saint Antoine a tenu un sermon mémorable du haut d’un noyer. À l’intérieur, un cycle complet de fresques du peintre Girolamo del Santo (XVI siècle). Les fresques racontent des miracles et la vie de Saint Antoine, tandis que le retable qui représente le Sermon de Saint Antoine sur le noyer est l’oeuvre autographe d’Andrea da Murano (1486).

  Article added to favorites