Battaglia Terme

Le chemin vers la mer.

Ici, tout semble être en relation avec l’eau.

Délimité au nord et au sud par deux somptueuses demeures princières, à l’ouest par les Collines et à l’est par un entrelacement de canaux qui portent à la mer, Battaglia Terme est un village surprenant, très différent des autres localités de la région de Padoue. 

Battaglia Terme est la plus petite des communes de la province de Padoue et compte environ 4 000 habitants. Immergée dans les cols euganéens et dans un réseau de canaux du fleuve Bacchiglione qui se jettent dans la mer, elle s’étend le long de la rive d’un cours d’eau: le Canal de Battaglia. Tout à Battaglia est lié à l’eau, et en premier lieu son nom, dont le sens (lieu des bains) rappelle l’antique grotte thermale naturelle du Col S.Elena, déjà connue à l’époque longobarde. Pendant plusieurs siècles, Battaglia et son port ont été un lieu de marché continuel, un lieu d’échange de marchandises et de liaisons vers les villes de Padoue, Este, Chioggia, Ferrara. Les affaires relatives aux eaux thermales ont également eu un rôle important. A la fin du XVIIIème siècle, Pietro Estense Selvatico devint l’auteur véritable de la période la plus splendide des Thermes de Battaglia. Il fit construire un établissement luxueux et confortable, qui tout de suite accueillit des personnes illustres, consolidant ainsi définitivement la tradition thermale de Battaglia. Une fois le vieil édifice démoli, l’Etablissement I.N.P.S. « Pietro d’Abano » fut inauguré en 1936. Il est possible de dire que Battaglia constitue la “porte” du Parc des Cols Euganéens, vu le patrimoine considérable de beautés naturelles, historiques et artistiques qu’elle possède, et dont beaucoup sont réellement uniques.

Parmi les principaux monuments historiques, il est important de voir : l’église de San Giacomo, consacrée le 21 juillet 1748 par le cardinal Carlo Rezzonico, évêque de Padoue, dix ans avant d’être élu pape sous le nom de Clément XIII. Elle abrite, entre autre, la vierge et l’enfant, œuvre prestigieuse de Giovanni Maria Morlaiter. Le Catajo, majestueux et imposant château de la deuxième moitié du XVIème siècle, demeure de la puissante famille des Obizzi et décoré des fresques de Giovanni Battista Zelotti, ami et collaborateur de Paolo Veronese, qui est aujourd’hui le siège splendide d’important congrès et de concerts de prestige. La Villa Selvatico-Sartori, construite à la fin du XVIème siècle sur le sommet du col historique de sainte Elena, appelé « mont de la stupa en raison de la présence d’une grotte sudorifère qui en attribue la chance. Alessandro Varotari, appelé le « Padouvien », y a peint la Gloire des Selvatico. Aujourd’hui, la villa est une demeure historique précieuse et raffinée d’une rare beauté, qui accueille dans son salon et dans le parc des représentations théâtrales, des congrès culturels et des concerts. La conca de Navigation, un monument extraordinaire de génie hydraulique (Arco di Mezzo) qui, tout en permettant aux navigateurs de dépasser le niveau maximum de sept mètres, avec le canal de Battaglia, c’est-à-dire le territoire de padoue et euganéen, avec le Rialto-Vigenzone, c’est-à-dire la mer. Il fut inauguré solennellement le 1er juin 1923 par Benito Mussolini, monté à bord d’un navire paré pour l’occasion et entouré d’autres embarcations de la canoterie et de la Rari Nantes de Padoue ; il actionna les portes en amont et en aval avec seulement la pression de l’eau grâce à des vannes à air compressée. Le Musée de la Navigation Fluviale, unique en son genre et, en tant que tel, destination de chercheurs italiens et étrangers, conserve plus de quatre mille pièces d’embarcations fluviales et de parties de ces dernières, de reconstructions en escalier, de photographies historiques, de dessins de construction, de documentations techniques et commerciales relatives à l’histoire des barques dont Battaglia fut un centre important. Pont à la vénitienne: appelé également des scaìni (car, cas unique dans toute la région de Padoue, il a des marches). Il est en briques, réalisé avec un arc en plein cintre et l’on peut y voir la statue de Saint Jean Népomucène, le saint protecteur des innocents persécutés invoqué également contre les dangers dérivant des eaux, œuvre d’un sculpteur local de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Canal Battaglia: le canal qui traverse l’agglomération est entièrement navigable et offre d’intéressants attraits touristiques, non seulement grâce au développement de structures comme les ports et les quais, mais aussi pour l’incomparable cadre naturel offert par les Collines Euganéennes. Oratoire Santa Maria, plus connu sous le nom d’église du Pigozzo (pic, coucou): ce sont les restes d’une antique église remontant à 1736 et démolie à la fin des années Vingt.

Sentier Fer à cheval: il suit l’arc collinaire formé des cimes du Montenuovo, du Ceva, du Castellone, du Spinefrasse et du Croce. Pour sa conformation géologique, il est aujourd’hui considéré comme l’une des curiosités naturelles et environnementales les plus significatives des Collines.

Le marché hebdomadaire se tient le samedi sur la Piazza della Libertà, Via Mazzini, Viale Matteotti et constitue un point de rencontre des habitants et un lieu de promenade pou les touristes.

  Article added to favorites