Lombalgie

Mal de dos

Le mal de dos, la douleur au niveau de la colonne vertébrale, correspondent à un symptôme douloureux qui touche ce qui peut être appelé l’axe portant de notre corps. La colonne vertébrale est une structure ostéo-articulaire complexe, constituée d’une série d’éléments osseux “de soutien”, les vertèbres, unies entre elles par un ensemble de ligaments et de muscles séparés les uns des autres par des disques fibrocartilagineux interposés. Elle est divisée en trois parties principales, partant de la base du coup aux fesses, et définies colonnes cervicale, dorsale et lombaire. Il s’agit d’une structure élastique permettant d’effectuer des mouvements et de se plier. Cependant, en raison de cette flexibilité, une torsion incorrecte suffit pour produire un effet douloureux sur la colonne, sur les muscles et sur les ligaments qui unissent les vertèbres.

Dans la plupart des cas, il serait possible de remplacer les termes “mal de dos” par le terme “lombalgie”, en étant pratiquement certain de ne pas se tromper. Le plus souvent, la douleur touche la partie inférieure du dos, la colonne lombaire et lombo-sacrale. Dans ces cas, la douleur est diffuse, a une distribution qui n’est pas bien définie, et irradie les fesses, la cuisse postérieure et descend jusqu’au mollet et au pied. Elle peut être bilatérale mais est plus souvent monolatérale. La douleur débute souvent de façon sournoise, avec une sorte de rigidité et de difficulté progressive dans le mouvement. Il est important de distinguer la forme aigue, c’est-à-dire lorsque la douleur disparait spontanément entre la troisième et quatrième semaine, la forme sous-aigue, dont la durée est inférieure à 12 semaines, et la forme chronique, quand elle dure plus de 12 semaines avec de fréquents épisodes récurrents. Enfin, il existe le mal de dos qui apparait de façon dramatique et inattendue, qui est appelé le « coup de la sorcière », et qui est en réalité une lombalgie ou une dorsalgie aigue. Dans le premier cas, la douleur touche la partie haute du thorax, et dans le second cas les premières vertèbres lombaires.

Une des causes du mal de dos: le style de vie. La façon dont nous dormons, dont nous travaillons, dont nous nous asseyons ou dont nous restons debout, et la façon que nous avons d’accomplir tous les efforts de la vie quotidienne, provoque une augmentation ou une diminution de la charge sur la colonne vertébrale. Dans ces cas, il est possible de créer des distorsions et des distractions des structures musculaires, qui peuvent causer le mal de dos. La posture est également un facteur de risque pour le mal de dos.

Le diagnostic est essentiellement clinique et il n’est pas fréquent de devoir effectuer des examens. Après une visite appropriée et une anamnèse approfondie, il ne sera pas nécessaire de soumettre le patient à des radiographies, à une TAC (Tomographie axiale computérisée), ou à une résonnance magnétique si ce dernier n’a pas de précédents importants comme par exemple un traumatisme récent, une souffrance névritique associée à un déficit de sensibilité et de mouvement, ou une précédente tumeur. Une anamnèse appropriée pourra nous indiquer quels efforts excessifs ou quelles activités ont provoqué le mal de dos.

Le traitement doit agir aussi bien sur les symptômes que sur les causes. Dans la phase aigue, il faut éliminer la douleur, de façon à ce que le patient ne s’immobilise pas. Les médicaments antalgiques, durant cette phase, sont certainement plus indiqués que les anti-inflammatoires. Il faut éviter un repos trop prolongé au lit et, après la phase aigue, il est nécessaire de mieux comprendre les causes du mal de dos de façon à les affronter avec une autre thérapie. Peuvent être utiles, pendant cette phase, l’acuponcture, les manipulations, les massages, l’ostéopathie, les ultrasons, et ce pendant toute la durée de la phase aigue, de façon à éviter que la douleur deviennent chronique.

Le mieux est d’apprendre à respecter notre dos, en respectant des règles de vie appropriées, en alternant les positions, un mouvement correct, une vie active, et ne pas hésiter à faire des promenades d’une demi-heure par jour environ avec des chaussures confortables. Il est par conséquent opportun de bien utiliser son dos, en trouvant un bon compromis entre mouvement et posture. Sont également utiles, au fil des années, des cycles de cure de fangobalnéothérapie d’Abano et Montegrotto Terme, d’une durée minimum de douze séances de boue et de bain.

  Article added to favorites