Cour Bénédictine de Correzzola

Correzzola

Cour Bénédictine de Correzzola

Une visite à la Cour Bénédictine de Correzzola est un témoignage important pour connaître de près la vie de l’arrière pays de la Vénétie, le système agraire des Bénédictins, la culture monastique. Les moines de St. Justine de Padoue ont acheté le fond en 1129 de la Comtesse Giuditta Sambonifacio. A l’époque les moines s’engagèrent pour offrir la sécurité aux populations pauvres et travaillèrent pour un profond aménagement du fond, cédant de petits terrains existants entre les marécages et faisant participer à l’assainissement les colons résidents dans ces terres, qui provenaient d’autres activités. La Cour devint le centre directionnel bénédictin, avait son corps central le long du fleuve et était ouverte vers le sud. La partie à l’ouest était utilisée comme hôtellerie et résidence des moines, le coté sud accueillait les granges, les greniers et les entrepôts pour le bois employé pour protéger les digues des fleuves. Dans la grande cour se trouvaient des puits, les porcheries, un four, un laboratoire de tissage, des entrepôts, les poulaillers, les jardins potagers, des jardins et une grande écurie qui pouvait accueillir jusqu’à 100 chevaux. Au cours du XIV siècle, à cause de certaines calamités, surtout la Peste Noire, les moines de St. Justine n’ont plus été à même de suivre leurs possessions et on est donc passé aux investitures féodales en faveur de nobles familles de Padoue qui ne respectaient pas les directives bénédictines. De la deuxième moitié du XV siècle le paysage agraire commence un parcours qui portera vers les grandes activités d’assainissement, aux constructions en maçonnerie, réservés aux paysans, habitués jusque-là à habiter dans de petites maisons en paille et rameaux feuillus. À moitié du XVII siècle la crise agricole européenne et la peste ont porté à la décadence de la structure. Seulement vers la moitié du XVIII avec l’Abbé Ignazio Suarez, on reprend le système de gestion directe de la propriété ; en effet on reprend aussi l’assainissement et on prévoit des améliorations. Mais les grands évènements de l’époque Napoléonienne, interrompent toute oeuvre et les congrégations religieuses sont supprimées. A cause de cela, le Duc de Lodi, Francesco Melzi d’Eril, prend le contrôle du site bénédictin et de toutes les provisions. A la mort du Duc, son héritier s’occupe de l’aménagement du fief par de oeuvres d’assainissement mécanique et la réorganisation des cultures et des élevages. La grande propriété foncière a été gérée ensuite par sa femme Joséphine, qui a décidé de louer les terrains aux colons résidents ou à d’autres familles immigrées. À la fin de la première guerre mondiale, la propriété des Melzi d’Eril de Correzzola est alignée et, par des circonstances heureuses, est arrivée dans les mains des citoyens de Correzzola.

Info
Via Marconi 9, Correzzola (PD)
Tel +39 329 7468414
cristina_veronese@alice.it
www.lecortibenedettine.it

  Article added to favorites