Abano Terme

La capitale du thermalisme Euganéen.

Abano Terme (qui dérive du grec « à ponos », qui signifie « qui élimine la douleur »), est aujourd’hui l’un des centres thermaux les plus connus d’Europe. Sa ville compte environ 19.000 habitants et s’étend sur une superficie de 21,57 km2. Grace à son importante capacité d’accueil, dérivant d’un grand nombre d’hôtels, tous équipés d’un service de traitement thermal, elle est la plus grande ville thermale du monde.

Le centre urbain est caractérisé par une vaste zone piétonne riche d’édifices antiques et modernes, de grands hôtels avec de beaux jardins, de magasins et de bars et restaurants; parmi les différents monuments historiques, le Col de Montirone constitue l’un des témoignages les plus importants des thermes d’Aponus. Ce petit col, autrefois riche de sources thermales naturelles, était particulièrement apprécié par les antiques patavins qui, à l’époque romaine, le semèrent de villas et de structures thermales. L’accès à la source antique, où les eaux s’écoulaient spontanément à une température de 80°C jusqu’à la seconde moitié du XXème siècle, est indiqué par des colonnades corinthiennes du début du XXème siècle et par une imposante colonne dorique surmontée d’une coupe entourée d’anneaux de serpent, conçue en 1825 par Giuseppe Jappelli, à l’occasion du passage de l’Empereur François 1er d’Autriche. A l’entrée des deux édifices se trouve le Maav – Musée Abano Terme Art Verre. En face de le Montirone se trouve un petit oratoire conçu par Domenico Cerato en 1780, où sont organisées des expositions. Mais il ne s’agit seulement que de certains exemples de musées que vous pourrez visiter.

Parmi les édifices de culte d’Abano, l’Eglise du Sacré Cœur est un lieu sacré dont l’architecture est moderne: elle a été édifiée durant la seconde moitié des années cinquante selon le projet de l’architecte Giulio Brunetta; elle abrite un beau crucifix, œuvre de l’artiste Mario Pinton, un retable de Carlo Mandelli, deux tables en vernis polychrome de Paolo De Poli et une mosaïque en forme de croix grecque de Bruno Saetti. L’autel et les vitraux de l’église et du baptistère sont l’œuvre de Constantin Ruggieri. Le Dôme de San Lorenzo est en revanche le principal édifice religieux du centre urbain: sa fondation remonte à la seconde moitié du Xème siècle, mais sa restauration, qui est l’œuvre de l’architecte Domenico Cerato, remonte au XVIIIème siècle. A l’intérieur se trouve une sculpture du XVIIème siècle de Tommaso Allio, la Flagellation sur l’autel principal est le Bartolomé Litterini (1712) et un chemin de croix attribué à Carlo Hentici. Le splendide orgue est un Tamburini de 1967 restauré récemment. Le beau campanile remonte à 1314 et sa base date environ du Xème siècle. A visiter également le Sanctuaire de la Vierge de la Santé et le Monastère Bénédictin San Daniele, constituant chaque année la destination de nombreux pèlerinages.

Dans les verts Jardins Publics du Kursaal, se trouvant en pleine zone piétonne, se trouve la statue de Pietro d’Abano, l’un des habitants les plus illustres de ce lieu. Né en 1257, Pietro, fils du notaire Costanzo, séjourna longtemps à Constantinople. Il poursuivit ses études auprès de l’Université de Padoue et devint le plus grand scientifique italien du XIVème siècle, et fut également alchimiste. Autre élément décoratif des Jardins de Kursaal: la fontaine d’Arlequin, œuvre d’Amleto Sartori, artiste connu au niveau international, auquel est également dédié le Musée des Masques abritant la Villa Savioli, l’une des nombreuses et splendides villas Vénitiennes présentes sur le territoire.

Le Grand hôtel Orologio constitue l’un des emblèmes de l’histoire d’Abano: ce splendide édifice fut construit au XVIIIème siècle par les nobles Dondi de l’Horloge et agrandi au XIXème siècle par l’ajout d’une façade néo-classique de Giuseppe Jappelli, qui réorganisa le vaste jardin entourant l’hôtel. En face du Grand Hôtel Orologio se trouve l’Hôtel Trieste & Vittoria, autre édifice de valeur historique. Ce lieu constitua le siège du Commando Suprême Italien durant la première guerre mondiale (1918), et le Général Armando Diaz avait l’habitude d’y séjourner dans un appartement du 1er étage.

Le véritable axe d’animation de la ville est le Viale delle Terme, une longue rue arborée riche de magasins, d’hôtels et de bars et restaurants. On y trouve deux sites particulièrement intéressants: la récente Piazza del Sole et della Pace, également appelée “Piazza della Meridiana” pour le splendide cadran solaire conçu par l’astronome d’Abano Salvador Condè, et le Dôme de San Lorenza. Le cadran solaire – horloge est réalisé en marbre polychrome et est l’un des plus grands d’Europe (3 000 m2) et est certainement unique en son genre. Piazza Mercato se trouve à quelque pas, et accueille le marché hebdomadaire le mercredi ; il s’agit d’un point de rencontre des habitants et d’un lieu d’évasion pour les  touristes, qui peuvent se promener entre des stands de toutes sortes.
Le Parc Urbain Thermale, véritable bijou d’architecture contemporaine, fut conçu par l’un des architectes les plus importants de l’histoire de l’architecture : Paolo Portoghesi. Le vaste complexe, qui s’insère de façon harmonieuse dans le paysage urbain et architectural de la ville thermale, est conçu comme une unique et grande pelouse, entrecoupée de petits chemins pavimentés et de pistes cyclables, riche de plantes et de grands arbres surplombant la route principale. De chaque coté se trouvent des édifices, de prestigieuses habitations et des activités commerciales et de direction.

  Article added to favorites