Montagnana

La ville des tours.

Montagnana

Les deux km de remparts médiévaux interrompus par 24 majestueuses tours hexagonales d’une hauteur de 19 mètres sont le bijou de Montagnana, qui la protègent depuis toujours. Aujourd’hui encore a lieu l’antique palio de Montagnana. Tout comme la porte Padoue, le Château de S. Zeno mérite une visite; sur le coté opposé se trouve la roche des Arbres. L’imposant complexe abrite de grands chef-d’œuvre comme le Dôme avec une toile de Paolo Veronese ou L’église de San Benedetto ; pour la production du jambon DPO Veneto Berico et pour sa sagra: la Fête du Jambon.

Située dans le coeur de la plaine entre l’Adige et les Collines Euganéennes, Montagnana a été fondée à l’époque romaine pour la défense du fleuve, passant par là jusqu’en 589 après J.C., année pendant la quelle une rupture des digues en aval de Vérone changea le cours de l’Adige vers le sud. Déjà ville lombarde, le centre passa au cours du siècle XI aux Estensi, qui en firent un important bourg fluvial, tombé dans les mains des Ezzelini et ensuite dans les territoires des Carraresi, seigneurs de Padoue, et ensuite passé sous la domination de la République de Venise, en 1405. Le passé de la Ville et son importance au Moyen Age se comprennent très bien déjà en regardant son enceinte fortifiée et les tours, une des enceintes mieux conservées et plus belles d’Europe. Elle forme un rectangle irrégulier, avec un périmètre d’environs deux kilomètres, dans lequel s’ouvrent quatre portes qui donnent accès au centre historique, dont le tissu urbain s’est formé à partir du XIII siècle. Tout autour il y avait une douve, aujourd’hui transformée en pré, qui crée un marque vert très harmonieux autour de vingt-quatre tours polygonales, unies par une enceinte sur la saillie de laquelle court un chemin de ronde de deux mètres de large. Reconstruite, détruite et encore une fois reconstruite, l’enceinte de Montagnana arriva à la forme définitive en 1360 par volonté de Francesco il Vecchio da Carrara, qui ajouta la Rocca degli Alberi, puissante fortification constituée de trois parties et d’un donjon de 35 mètres, à protection de la porte occidentale. À est se trouvait le Château de San Zeno, qui représente la partie la plus ancienne de l’enceinte fortifiée, renforcé par Ezzelino da Romano en 1242 avec un donjon de 38 mètres. Après le rempart militaire on entre dans le coeur du bourg médiéval, par via Carrarese, tout au long de laquelle se trouvent d’importants édifices avec arcades du XV et XVI siècle, jusqu’à la Cathédrale, reconstruction de l’époque gotique et de la renaissance d’une préexistante église romane. Commencée en 1431 et terminée en 1502, la Cathédrale présente un portail attribué à Sansovino et l’intérieur est riche d’oeuvres d’art, avec des retables et des fresques du début du XVI siècle, réalisés par le peintre de Vicence Giovanni Buonconsiglio – et une Transfiguration de Veronese (1555). Parmi les édifices civiles, très connue est la Villa Pisani, à l’extérieur des murailles, réalisée en 1553-1555 sur projet de Andrea Palladio; la façade de l’édifice, qui est de forme cubique, présente un pronaos à deux ordres superposées, surmonté d’un fronton. Le bâtiment est ceint d’une élégante frise dorique, qui sépare le rez-de-chaussée du premier étage.

  Article added to favorites