Arquà Petrarca

L’un des plus beaux bourgs d’Italie.

Arquà Petrarca

Arquà Petrarca est un bourg médiéval caractéristique situé au cœur des cols euganéens, aux pieds du Monte Piccolo et du Monte Ventolone. Son nom original, Arquà, a été modifié en 1868 pour devenir Arquà Petrarca, en hommage au poète, qui choisit de résider en ce lieu pendant les dernières années de sa vie. Il est probable que Francesco Petrarca ait connu Arquà pour la première fois en 1364, alors qu’il se trouvait à Abano pour soigner sa gale aux thermes. En 1369, Francesco il Vecchio offrit un morceau de terrain à Arquà au poète qui, en 1365, était devenu canonique auprès du collège de Monselice, commune toute proche. Au printemps de l’année 1369, le poète se rendit en personne à Arquà pour diriger les travaux de restauration de la petite maison dans laquelle il habitera à partir du mois de mars 1370 ; c’est à partir de cette date qu’il s’y établira. Arquà est ainsi décrite, à l’époque de Petrarca, dans un document se trouvant au Musée Civique de Padoue : « de vastes bois de châtaigner, de noyers, de frênes, de rouvres couvrant les versants d’Arquà, mais surtout les vignes, les oliviers et les amandiers contribuaient surtout à créer le paysage pittoresque et typique d’Arquà. » Le bourg se développe autour de la place centrale Piazza Roma, où se dressent de somptueux édifices du XVème siècle et l’église Arciprètale de Santa Maria, dont le parvis est caractérisé par un arc de marbre rouge de Vérone, édifié en 1370 pour abriter les dépouilles de Francesco Petrarca. La rue principale, Via Roma, porte à la partie haute du village ; à la fin d’une longue montée, l’on atteint l’Oratoire de la Très Sainte Trinité où se trouvent la tour du clocher et la loggia des Vicaires, autrefois ornée d’écussons de nobles de Padoue qui administrèrent la zone pour le compte de la Sérénissime. Une végétation et une paix qui ont peut-être évoqué, chez le poète, une autre terre qui lui était chère : la Toscane. Il décida ainsi de s’installer dans une maison agréable, qui se distinguait certainement de celles, assez pauvres, des paysans et des artisans. Ces dernières étaient en effet de petites maisons avec un périmètre muré ou en bois, presque toujours couvertes de paille, et peu d’entre elles avaient déjà des murs en pierres pour protéger l’intimité et les terrasses, avec un potager, un jardin pour constituer une corniche utile. Au XIVème siècle, les pentes entourant le bourg étaient principalement recouvertes de vignes de délicieux raisin blanc, garganique et schiava, mais aussi de moscata, palestra e marzemina. L’excellent vin qui y est produit parvenait jusqu’aux osti de Padoue.

Chaque année se tient la fête traditionnelle du jujube, dédié à la célébration du produit local typique: les jujubes. Entre spectacles musicaux, danses, lanceurs de drapeaux et figurants à l’ombre de la maison de Francesco Petrarca et de sa tombe, le visiteur peut s’immerger dans l’atmosphère médiévale tant aimée par le poète et savourer l’authenticité des produits locaux, ainsi que l’accueil et la gentillesse des habitants.

  Article added to favorites